La surface de plancher : qu’est-ce que c’est ?

La surface de plancher ou SDP

La surface de plancher fait partie des éléments qu’il faut impérativement déclarer lors de vos demandes d’autorisation d’urbanisme. Nous vous proposons de faire le point sur les bonnes pratiques lorsqu’il s’agit d’établir la surface de plancher de votre projet.

Surface de plancher : définition

Pour qu’un permis de construire vous soit délivré, il faudra -entre autres-, calculer les surfaces prises en compte par votre projet : c’est à ça que vous sert la surface de plancher. Elle est également nécessaire pour l’obtention d’autres autorisations d’urbanisme.

D’après le code de l’urbanisme, ‘la surface de plancher est égale à la somme des surfaces de planchers de chaque niveau clos et couvert d’une construction’, et doit être calculée à partir du nu intérieur des façades du projet.

NB : il ne faut pas confondre la surface de plancher avec la surface habitable !

 

Pourquoi calculer la surface de plancher ?

La surface de plancher fait partie des critères à prendre en compte dans le calcul de la constructibilité d’un terrain.

La surface de plancher vous permettra également de savoir quel type d’autorisation d’urbanisme sera nécessaire selon le projet que vous souhaitez entreprendre (projet d’immobilier neuf, agrandissement, construction d’une annexe etc.).

Vous l’aurez compris, vous ne pourrez pas éviter le calcul de la surface de plancher si vous souhaitez faire avancer votre projet de construction.

Et si vous ne savez pas comment vous y prendre pour la calculer, vous êtes au bon endroit.

 

Comment calculer la surface de plancher de son bien ?

Pour calculer la surface de plancher, Promy vous recommande de prendre en compte toutes les surfaces de chaque niveau clos et couvert de votre construction, dont la hauteur sous plafond dépasse les 1,80 m.

NB : sont considérés comme clos les espaces où il y a impossibilité de franchissement. Cela ne prend pas en compte les balcons ni les terrasses.

Une fois que vous aurez effectué ce calcul pour chacun des niveaux de votre construction, vous devrez déduire les éléments suivants :

  • L’épaisseur des murs au niveau des embrasures des portes et fenêtres qui donnent sur l’extérieur,
  • Les vides et des trémies correspondant aux escaliers et aux ascenseurs,
  • Les surfaces dont la hauteur sous plafond est inférieure ou égale à 1m80,
  • Les zones dédiées au stationnement des véhicules (cela inclus les rampes d’accès et les aires de manœuvre),
  • Les surfaces de combles non aménageables.

 

Cette liste s’agrandira dans le cas où vous prévoyez de construire des logements collectifs.